Le café est une boisson excitante qui retarde l’endormissement. Cette évidence communément admise, est principalement l’effet de la caféine, découverte dans le café en 1820. C’est un alcaloïde (C8H10O2N4) présent aussi dans le thé, le cacao et d'autres plantes. Quelle serait donc l' 'influence du café et de la caféine sur notre organisme ?

Le cerveau :
La caféine est utilisée dans le traitement et la prévention de la migraine, car elle provoque la constriction des vaisseaux sanguins dont la dilatation semble être la cause de cette affection. Elle stimule la circulation cérébrale, et le système nerveux en allongeant la durée de vigilance, en retardant l'apparition de la sensation de fatigue, particulièrement lors d’efforts intellectuels. Elle potentialise l'effet analgésique de l'aspirine. Son action est donc bénéfique.

Le coeur :
Les personnes en bonne santé peuvent consommer du café normalement (jusqu'à 5 tasses réparties dans la journée ) sans que ceci ne modifie ni les fonctions cardio-vasculaires, ni le rythme cardiaque, ni la pression artérielle. Cependant, certaines affections cardiaques ne permettront qu’une consommation mesurée de café.

Le foie :
Les vertus stimulantes du café s’exercent aussi sur certaines activités enzymatiques et, ce faisant, influenceront sur les effets de certains médicaments.

Les muscles :
Les effets sont variables selon la personne et le type d'activité physique. La caféine excite le système nerveux central, accroît la résistance à l’effort, en retardant l'apparition de la sensation de fatigue.
Sans améliorer les performances physiques elle facilitera les activités qui nécessitent une coordination complexe et une vigilance, comme le pilotage de machines ou de véhicules.

Les poumons : En dilatant les voies bronchiques la caféine peut soulager ou prévenir les crises d'asthme.

Les reins :
La caféine a une action diurétique. On pourra remarquer, à l’occasion d’un café ‘’ bien dosé’’ son effet rapide sur nos tissus filtrants.

L'estomac :
La cire et les graisses du café stimulent la sécrétion acide de l'estomac. Elles rendent le café indigeste avec du lait. Des cafés dégraissés permettent d'éviter cet inconvénient.

Le pancréas :
Le café accroît la sécrétion externe du pancréas. Une consommation en quantité modérée n'est pas contre indiquée chez les diabétiques, sauf si elle entraîne un état de nervosité ou d'anxiété qui provoquerait une altération du contrôle de la glycémie.

La grossesse :
Le café ne modifie pas les conditions physiologiques de la grossesse. Cependant, du fait que le fœtus ne peut éliminer la caféine que très lentement, il sera donc judicieux que la future maman limite sa consommation de café. Par ailleurs, il ne constitue pas un danger pour l'enfant nourri au sein.



Conception : VITAMINEDZ