L'origine du café :
Connu depuis l’Antiquité, le café est le fruit d’un arbuste qui poussait à l’état sauvage. Il semblerait qu’il provienne à l’origine de l’Abyssinie, devenue actuellement l’Ethiopie et l’Erythrée. Certains s’accordaient à lier son origine au Yémen, et on rapporte une légende fort sympathique sur sa découverte: un jeune berger du Yémen, Kaldi, qui faisait paître ses chèvres dans la montagne, découvrit des arbustes couverts de petits fruits rouges.
Ayant remarqué l’excitation qui s’emparait de ses chèvres lorsqu’elles avaient brouté sur les collines, il parla de cet étrange phénomène aux voisins. Ceux-ci décidèrent d’aller cueillir ces fruits. Ils les firent sécher, et en préparèrent une infusion qu’ils burent avec délice. Bientôt, ils furent gagnés par une agitation fébrile qu’ils assimilèrent à une révélation divine. Dès lors, dans tout l’Orient, et en particulier en Arabie, on en fera une décoction médicinale en plongeant ses feuilles et ses fruits fraîchement cueillis dans de l’eau. On raconte également que c’est suite à un incendie dans la forêt que l’on déguste aujourd’hui du café « torréfié », qui a remplacé avantageusement le café vert, à la grande satisfaction des amateurs de café.
On ne sait pas exactement à quand remonte la culture du café ; cependant, certains historiens situent ses premières cultures en Arabie, au bord de la Mer rouge, au VIIe siècle av. J.C., pour se répandre, comme boisson digestive, récréative, enrichissante et tonifiante, à partir du XVe siècle, au Yémen, puis dans tout l'Orient.
La vente de café alors se développe dans la ville sainte, La Mecque. C’est là que sont créées les premières maisons de café. Le ‘Qahwa’ est servi chaud dans des bols. La boisson franchit la frontière de Turquie et arrive à Constantinople, Istanbul aujourd’hui. De Turquie, le café partira ensuite à la conquête de l’Europe, qui, avec enthousiasme, le découvre et l’adopte.

Le café conquiert le monde :
La ville de Venise qui devait son éclat et sa prospérité au commerce avec l’Orient fut probablement la première cité d’Europe où l’on but du café (1615).
Très vite, des boutiques de café s’ouvrent dans les grandes villes européennes. Le premier débit de café s’ouvre à Paris en 1672, mais celui qui va lancer la grande vogue des ‘cafés’ est un gentilhomme de Palerme : Francesco Procopio dei Coltelli qui, en 1886, ouvre un établissement qu’il appelle ‘Le café Procope’. Très élégante, cette maison du café attire les notables de la ville et les nobles de toute la région.
A cette époque, le café est encore un produit de luxe mais qui, rapidement, gagne les mœurs des modestes, puis des pauvres, en particulier après l’invention du moulin à café en 1687.
En Allemagne, le café enthousiasme les artistes ; et c’est ainsi que Jean Sébastien Bach composera sa cantate n°211, dite ‘cantate du café’ ; que Beethoven en deviendra un consommateur très minutieux.
Vers la fin du XVIIe siècle, des navigateurs hollandais réussirent à faire sortir d’Arabie quelques plants de caféier dont la culture avait été jusqu’alors l’exclusivité du Yémen. Puis, ils introduisirent le café à Java. Français, Portugais et Anglais propagèrent à leur tour la culture du café dans leurs colonies des Caraïbes et d’Amérique du Sud.

Le café devient une boisson quotidienne :
En Europe, la révolution du café qui commença au XVIIe siècle dans les cabarets de café des grandes villes commerçantes et dans les salons de l’aristocratie atteint finalement toutes les couches de la population au XIXe siècle. La spécialité arabe est devenue la boisson du monde occidental ! Balzac lui-même buvait jusqu’à 30 tasses de café par jour ; il consacra d’ailleurs une étude approfondie au café et à ses effets sur l’homme.
De nos jours, prendre une tasse de café représente, pour la quasi-totalité des gens de tous les peuples, un moment de détente et de plaisir.



Conception : VITAMINEDZ